Macron, Non Non Non (lui dit Pas çà, Pas çà, Pas çà !!! ; meeting ARRAS d’hier !)

27 avril 2017

C’est au tour de MACRON !!! :

La  NAUSEE devrait vous monter !

Macron est énarque. A l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Economie.
Macron est un franc-maçon Young leaders .
Macron est un ancien banquier de chez Rothschild.
Macron est millionnaire. Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 millions d’euros.

Macron est soutenu par des dizaines de caciques de la politique (anciens ou actuels ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires…) : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, PDG du groupe La Dépêche ), Gérard Collomb (PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn-Bendit…

Macron est soutenu par des financiers et des patrons : Alain Minc (financier, conseiller politique), Pierre Gattaz (patron du MEDEF), Claude Bébéar (milliardaire, fondateur d’AXA), Vincent Bolloré (milliardaire, propriétaire de l’institut de sondage CSA, actionnaire de Vivendi, Canal+…), Pierre Berger (gaucho milliardaire, mécène historique du PS, copropriétaire de L’Observateur et Le Monde ), Bernard Arnaud (milliardaire, fondateur de LVMH, propriétaire de Radio Classique , Le Parisien et Les Echos ), Alexandre Bompard (millionnaire, patron de la FNAC et de Darty), Françoise Holder (millionnaire, fondatrice de Boulangerie Paul)…

Macron est aussi soutenu par deux patrons emblématiques des télécommunications : Xavier Niel (patron de Free, copropriétaire de L’Observateur , Le Monde , Publications de La Vie Catholique , Télérama …) et Patrick Drahi (patron d’Altice qui est la holding luxembourgeoise de SFR-Numéricable, propriétaire de L’Express , Libération , NewsCo , BFM TV , BFM Business , RMC …).
Patrick Drahi habite en Suisse, possède un compte bancaire dans le paradis fiscal de Guernesey et a logé sa société à la Bourse d’Amsterdam. Lorsque Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée, Bouygues était en concurrence avec Numéricable pour racheter SFR. C’est Macron qui a permis à Patrick Drahi d’avaler SFR. Et Drahi a depuis renvoyé l’ascenseur. Le banquier Bernard Mourad (Morgan Stanley), ami proche de Drahi, est aujourd’hui conseiller spécial du mouvement “En Marche” de Macron et s’occupe activement de sa campagne électorale.
Dans l’équipe de campagne de Macron, on trouve une flopée de diplômés de Sciences Po ou de HEC, cadres supérieurs dans de grands groupes, comme par exemple la société américaine de conseil McKinsey.

En 2016, Emanuel Macron a été la personnalité qui a bénéficié du plus grand nombre de couvertures de magazines. Macron est un grand ami de Yves de Kerdrel (patron de Valeurs Actuelles et dont le carnet d’adresses est copieusement garni de représentants de l’élite sociale). Macron organise depuis des années des diners mondains dans lesquels il invite la crème de l’establishment politico-médiatique.
Selon Marianne , Macron est allé à Londres obtenir des fonds financiers auprès des banques de la City.

Macron est-il honnête ?
Macron laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux : Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure. Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.
Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’il n’a produit qu’un mémoire. Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.
Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès, présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders.

Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13000 visites d’internautes sur le site de Macron.

En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leurs donne les pleins pouvoirs.
Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match , Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journaliste de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !
Selon le livre Dans l’enfer de Bercy , Macron aurait utilisé 120000 euros d’argent publique pour financer sa campagne électorale.
Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ?
Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) :
Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”.

CONCLUSION :
On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept markéting de l’oligarchie politico-médiatico-financière, un faux candidat anti-système façonné pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté ?

- ALLEZ , TRANSFEREZ Chers concitoyens   !

Barre à Gauche, c’est très mal barré !!!

22 février 2017

Les Pilleurs d’ETAT crient “HARO sur le baudet !

 

Salaires fictifs, détournements de fonds, abus de biens sociaux, escroqueries, captations d’héritages, faux et usages de faux…

 

Tout est bon pour les SOCIALISTES qui, pour cacher leurs MALVERSATIONS PERMANENTES, hurlent avec toute la presse de gauche :

 

- «HARO sur le baudet… FILLON» !

 

 

 

Parlons plutôt d’eux ….

 

Une députée PS, Sylvie ANDRIEUX (photo ci contre) condamnée à 4 ans de prison pour DETOURNEMENT DE FONDS PUBLICS

 

et qui siège toujours à l’Assemblée avec son bracelet électronique…

 

 

 

Un élu, ayant détourné 20 MILLIONS d’EUROS, qui n’est condamné qu’à 20.000 EUROS d’amende avec sursis…

 

Des dizaines de parlementaires qui s’achètent un appartement avec l’INDEMNITE représentative de frais de mandat (IRFM),

 

laquelle n’est NI DECLARABLE NI JUSTIFIABLE …

 

 

 

Après «DELITS D’ELUS – 400 politiques aux prises avec la justice» paru en 2014, Philippe PASCOT a publié en mai un nouveau livre, «Pilleurs d’État», dans lequel il dénonce tout le système des ABUS et des PRIVILEGES INOUIS dont bénéficie la «MAFIA» des politiques, que ces pratiques soient LEGALES ou ILLEGALES…

 

Ancien adjoint au maire Manuel VALLS à EVRY, ancien conseillé régional, il milite désormais pour la transparence de l’exercice de la vie politique.

 

La liste de ces délits d’élus est impossible à établir de façon exhaustive…

 

Néanmoins il est plus qu’évident que dans le hit-parade se trouve une majorité de socialistes, à l’instar de MM. Michel VAUZELLE et Michel DELEBARRE, nommés « PREFETS » (fictifs) par François MITTERAND pour encaisser la paye… et la retraite sur le dos des contribuables !

 

 

 

Emplois FICTIFS ….. pour des préfets FICTIFS !

 

 

 

Les emplois FICTIFS ne datent pas d’hier et certains, n’ont suscité aucun commentaire de la Presse servile !

 

A l’instar de ces «politiques» nommés préfets pour bénéficier d’avantages liés à la fonction… sans jamais en avoir exercé la moindre compétence.

 

Parmi ces préfets fantômes, figurent deux stars de la politique, les députés et anciens ministres de François MITTERAND, Michel VAUZELLE, alors âgé de 66 ans, et Michel DELEBARRE, alors âgé de 65 ans.

 

Tous deux indiquent, sur le site informatique de l’Assemblée Nationale, la même profession : PREFET.

 

Pourtant, le premier est avocat de profession et le second cadre supérieur de collectivités locales.

 

En fait, ces deux grands notables locaux du Parti Socialiste qui n’ont jamais exercé les fonctions de préfet avaient été nommés à ce titre, de manière discrétionnaire, par le président François MITTERAND, en 1985 pour le premier et en 1983 pour le second.

 

 

 

Quel intérêt de nommer un préfet fantôme ? C’est un joli cadeau… financier, facile à comprendre.

 

Le 28 avril 2011, Michel DELEBARRE a fait valoir ses droits à la retraite de préfet, à l’âge de 65 ans, tout comme l’avait fait le 15 août 2010 Michel VAUZELLE.

 

Cela permet à ces deux caciques du PS de toucher aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 €UROS brut, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 € brut (Michel DELEBARRE) et 9.760 € brut (Michel VAUZELLE).

 

Sans compter pour chacun une INDEMNITE (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 €UROS net.

 

Et cela, en toute discrétion.

 

Ceci dit, Michel DELEBARRE n’a pas été réélu comme maire de DUNKERQUE ou il ne cumulait que 80000€ tous les mois: Un vrai Socialiste!!!! Il y a là quand même une petite perte dans ses finances le « pauvre ».

 

Et ce n’est là qu’une infime partie des abus de la caste socialiste sur le dos des « finances publiques » et donc de tous les contribuables !

 

 

 

Rappelez-vous….

 

 

 

Jean-Christophe MITTERAND,

 

fils aîné de l’ancien président de la République, le surnommé «Monsieur AFRIQUE» qui a été pendant plusieurs années salarié (fictif) d’une fondation suisse, financée par ELF : le CRES ou Centre de Recherches Entreprises et Sociétés… avec un salaire de 30.000 Francs/mois…

 

En 1993 et 1994, Jean-Christophe MITTERAND a été mis en examen par la justice française dans le cadre de l’affaire des ventes d’armes à l’ANGOLA.

 

Il était suspecté d’avoir mis ses relations politiques au service de Pierre FALCONE pour vendre des armes russes au gouvernement angolais du président José Eduardo DOS SANTOS. Il sera relaxé de cette accusation par la cour en octobre 2009.

 

Le 22 décembre 2000, Jean-Christophe MITTERAND est écroué à la prison de la Santé par le juge Philippe COURROYE pour complicité de trafic d’armes, trafic d’influence par une personne investie d’une mission de service public, recel d’abus de biens sociaux, recel d’abus de confiance et trafic d’influence aggravé.

 

Il est suspecté d’avoir reçu illégalement d’importantes sommes d’argent pour faciliter la vente d’armes en 1993 et 1994 au gouvernement angolais. Il reconnaît avoir perçu une rémunération de 1,8 million de DOLLARS (13 millions de francs) de la Brenco sur un compte en SUISSE, mais nie toute participation à un trafic d’armes.

 

Le 11 janvier 2001, Jean-Christophe MITTERAND est libéré contre le versement d’une petite caution de 770 000 EUROS (5 millions de francs), que sa mère Danielle MITTERAND s’est chargée de réunir «auprès de la famille et auprès d’amis» en qualifiant la somme de «rançon déshonorante».

 

La procédure ayant été annulée par manque de plainte du Ministre de la Défense, seul habilité à saisir la justice, Jean-Christophe MITTERAND est remis en examen, pour complicité de trafic d’armes par les juges Philippe COURROYE et Isabelle PREVOST-DESPREZ.

 

Le 17 octobre 2001, Jean-Christophe MITTERAND est de nouveau mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux par le juge COURROYE. Il est accusé d’avoir bénéficié d’un virement de 300 000 DOLLARS effectué par la Brenco, correspondant, selon son avocat, à des «prestations de conseil à M. FALCONE».

 

La veille, il avait déposé une plainte pour faux en écriture publique contre le juge COURROYE, concernant une ordonnance rédigée en juillet 2000 par le magistrat.

 

En 2004, selon une expertise financière remise en mai au juge Philippe COURROYE chargé de l’affaire, 2,2 millions d’EUROS (14,3 millions de francs) ont été virés par Pierre FALCONE sur un compte suisse appartenant à Jean-Christophe MITTERAND qui en a retiré 1,7 million d’EUROS (11,5 millions de francs) en espèces pour les transférer sur celui de sa société de pêcherie d’Iwik Investissement en MAURITANIE.

 

Jean-Christophe Mitterrand a déclaré avoir été consultant auprès de Pierre FALCONE, mais, concluent les auteurs du rapport, n’a pu expliquer la nature exacte des missions qui lui étaient confiées et qui pourraient justifier des rémunérations d’une telle importance.

 

mais aussi et encore… depuis les années 80…

 

 

 

MONNATE, EMMANUELLI, LAIGNEL, PEZET, SANMARCO… L’affaire URBA…

 

 

 

19 avril 1989 : début de l’affaire. A Marseille, les policiers découvrent, au siège de la société URBA (dirigée par Gérard MONATE, un ancien syndicaliste policier), des documents du directeur administratif établissant un financement occulte du Parti SOCIALISTE.

 

1990 : une dalle de béton s’effondre sur un chantier de construction. Deux salariés de l’entreprise HEULIN trouvent la mort.

 

8 janvier 1991 : un juge d’instruction du Mans, Thierry JEAN-PIERRE, enquête sur l’accident. Il interroge un ancien responsable socialiste qui passe aux aveux : le système, qui a fonctionné de 1973 à 1990, reposait sur la facturation de prestations fictives à des clients qui bénéficiaient par ailleurs de contreparties sous forme de marchés communaux ou autres. L’argent était reversé au PS.

 

Avril 1991 : le juge JEAN-PIERRE perquisitionne au siège parisien de la société URBA.

 

Janvier 1992 : fait sans précédent : le nouveau juge d’instruction, Renaud VAN RUYMBECKE, perquisitionne le siège du PS.

 

Septembre 1992 : président de l’Assemblée nationale, Henri EMMANUELLI est inculpé de « recel et de complicité de trafic d’influence » à propos de fonds récoltés dans la Sarthe par la SAGES, filiale d’URBA. Une poursuite qui s’explique par les anciennes responsabilités de l’homme politique : à l’époque des faits, il était le trésorier du PS.

 

Statuant sur le volet marseillais de l’affaire URBA, la chambre d’accusation de la cour d’appel de LYON a ordonné vendredi le renvoi en correctionnelle d’Henri EMMANUELLI et d’André LAIGNEL, en qualité d’anciens trésoriers du Parti Socialiste pour «complicité de trafic d’influence», parmi les 50 personnes prévenues dans ce dossier. Au total, 50 personnes se retrouveront devant le tribunal correctionnel: élus, responsables des bureaux d’études URBA, chefs d’entreprises. Mais en général, ce sont les chefs d’entreprise qui plongent (ou font faillite…) mais pas les « politiques » mais dans ce cas c’était tellement flagrant

 

Au côté d’Henri EMMANUELLI et André LAIGNEL, parmi les prévenus les plus connus figurent Michel PEZET et Philippe SANMARCO, anciens députés socialistes des Bouches-du-Rhône, Gérard MONATE, ex-PDG des bureaux d’études URBA et Joseph DELCROIX connu pour ses cahiers, saisis par l’inspecteur GAUDINO, décrivant tout le système.

 

La chambre d’accusation a prononcé 8 non-lieux au bénéfice de dirigeants de sociétés satellites d’URBA et de dirigeants de sociétés. Les chefs de prévention varient selon leurs fonctions: les quatre responsables d’URBA sont poursuivis pour trafic d’influence, les 10 élus pour complicité de trafic d’influence et les 36 chefs d’entreprises pour corruption active. L’instruction concerne la période allant du 11 mars 1988 à avril 1989, date à laquelle l’inspecteur Antoine GAUDINO a effectué la perquisition dévoilant l’affaire.

 

A la suite de ses découvertes et après son éviction de la police, l’inspecteur GAUDINO avait publié un livre sur ce dossier intitulé l’Enquête impossible.

 

Le montant total des fausses factures transitant par les cabinets d’études URBA s’élève à 9,4 millions uniquement pour les marchés marseillais ! Condamné pour complicité dans l’affaire URBA, EMMANUELLI a également été mis en examen en 1998 dans le cadre de l’affaire DESTRADE de financement illégal du Parti Socialiste.

 

A noter également qu’Henri EMMANUELLI, comme Jack LANG et Maitre LOMBARD… furent inquiétés dans l’affaire de captation d’héritage de l’Héritière Suzanne de CANSON en 1987. Une affaire sordide démélée par le juge toulonnais Jean-Pierre BERNARD et qui, in fine, se traduisit par le dépouillement de la milliardaire décédée… au profit d’officines du Parti Socialiste !

 

 

 

Gérard COLE et les emplois fictifs d’Air France !

 

 

 

L´affaire des emplois fictifs d´Air France débusquée par un juge d´instruction de NANTERRE, en juin 1995, au siège de la compagnie aérienne. Enquêtant sur les fiches de paye de Gérard COLE, ex-conseiller à l´Élysée payé par Air France par un salaire FICTIF (28.000 F par mois), le juge découvre une série d´autres cas identiques. Parmi eux, Michel VAUZELLE (toujours lui), alors porte-parole du président de la République.

 

Le magistrat, qui n´est saisi que du cas de Gérard COLE, communique les autres dossiers au parquet de NANTERRE et suggère

 

l´ouverture d´enquêtes distinctes.

 

«Premier enterrement», constate Maître BADUEL.

 

En avril 1996, cet avocat pugnace décide d´alerter le parquet de PARIS. «Un an plus tard, raconte-t-il, je recevais un avis de classement indiquant que le parquet saisissait la Cour des Comptes. J´attends toujours», poursuit-il.

 

Gérard COLE, ami de Jacques SEGUELA et de Jacques PILHAN fut récompensé par TONTON qui le fit Président du Loto en 1989 et de la Française des Jeux !

 

Il faudra attendre 1994 et 1995 pour qu’enfin la Justice s’intéresse à son cas.

 

Il sera mis en examen pour abus de biens sociaux, ingérence, faux en écritures, et obstacle aux vérifications des commissaires aux comptes. Au cours d’une instruction pénale qui s’étalera sur 6 années les chefs d’inculpation s’effondreront les uns après les autres et Gérard COLE ne sera condamné qu’en 2001 à une amende ridicule.

 

 

 

En 2011 : le sénateur PASTOR et ses fausses factures

 

 

 

Le sénateur Jean-Marc PASTOR (PS) est accusé de « notes de frais frauduleuses et fausses factures » le 27 juin 2011 après avoir transmis à la trésorerie du SENAT deux factures de restaurant émises dans le TARN, son département, pour un montant total de 2492 €. Médiapart révèle l’histoire et PASTOR pour éviter le clash, produit un faux communiqué de Gérard LARCHER, alors Président du Sénat, avant de se rétracter et de rembourser l’intégralité des sommes extorquées.

 

 

 

et puis, sans oublier ….

 

Pierre MAUROY, Premier secrétaire du PS décédé le 7 juin 2013 (mais aussi Sénateur) fut condamné à 20 000 € d’amende « avec sursis » pour abus de confiance et devra rembourser 19 654 € à la suite d’une condamnation en 2011 pour « EMPLOIS FICTIFS ».

 

 

 

Jean-Paul HUCHON (PS), alors président de la Région Ile de France, a été condamné pour prise illégale d’intérêt sur marchés publics en 2007, condamnation confirmée en appel en 2008 et en 2011 par le Conseil d’État.

 

 

 

Harlem DESIR (n°2 du PS Député européen) condamné en 1998 à 18 mois de sursis et 30 000 F d’amende pour recel d’abus de confiance. De novembre 1986 à octobre 1987, il a reçu un SALAIRE FICTIF mensuel de 10 500 francs de l’Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants, basée à LILLE. L’actuel n° 2 du Parti socialiste occupait alors la présidence de SOS-Racisme

 

 

 

Bertrand DELANOE, condamné en 2010 pour atteinte au droit du travail, a financé avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de postes de permanents CGT, planqués dans une des mutuelles de la ville : la MCVPAP !

 

 

 

Jean-Christophe CAMBADELIS, premier secrétaire du PS, a été condamné en 2006, alors qu’il était député PS de PARIS, pour recel d’abus de confiance… à 6 mois de prison avec sursis et à 20 000 € d’amende, dans l’affaire des EMPLOIS FICTIFS de la MNEF.

 

Il avait été rémunéré par la mutuelle proche du PS entre 1991 et 1995, à hauteur de 620 500 francs au titre d’une activité fictive de conseil.

 

 

 

Jérôme CAHUZAC et ses comptes cachés

 

Le pompon en matière de FRAUDE FISCALE et de fuite de capitaux cachés… revient assurément à Jérôme CAHUZAC, ministre délégué chargé du Budget auprès du ministre de l’Économie et des Finances, au sein des gouvernements AYRAULT, (du 16 mai 2012 au 19 mars 2013)…

 

Malgré de nombreux dénis mensongers, il fut obligé de démissionner après les graves accusations de FRAUDE FISCALE qui pesaient sur lui. Face au scandale… Il fut ensuite exclu du PS et du renoncer à retrouver un mandat de député. Le 8 décembre 2016, il fut condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme et 5 ans d’inéligibilité pour «FRAUDE FISCALE» et «BLANCHIMENT de fraude fiscale» dans l’affaire de ses comptes cachés en SUISSE et à SINGAPOUR.

 

 

 

Et la liste ne s’arrête pas là….

 

(voir sur Internet)

 

 

 

KUCHEIDA JEAN-PIERRE(Député-maire PS) le soutien de HOLLANDE, mis en examen dans UNE AFFAIRE DE CORRUPTION PEUT ÊTRE DE GRAND AMPLEUR AU SEIN DE LA FÉDÉRATION PS DU PAS DE CALAIS Condamné le 21 mai 2013 à 30 000 € d’amende dans une affaire d’ABUS DE BIENS SOCIAUX. Nouvelle mise en examen EN JANVIER 2014 pour corruption et recel d’abus de biens sociaux.

 

 

 

NAVARRO ROBERT (Cadre PS) dans l’équipe de campagne de François HOLLANDE, objet d’une plainte du PS pour enrichissement personnel et ABUS DE CONFIANCE EN 2012, pour des frais personnels et des pizzas entre 2008 et 2010 pour 42.000 € …Soutien de François HOLLANDE à la primaire socialiste, il intègre son équipe de campagne durant l’été 2011.

 

DOUCET PHILIPPEdéputé PS du Val d’Oise et ancien maire d’ARGENTEUIL (3e ville d’Île-de-France), qui a ruiné la ville en un mandat et qui fait l’objet d’une enquête du Parquet national financier pour FAVORITISME, TRAFIC D’INFLUENCE ET

 

DÉTOURNEMENT DE FONDS PUBLICS

 

 

 

DESTRADE JEAN-PIERRE (Conseiller Général PS) Condamné en 2005 à 3 ans de prison dont 2 avec sursis et 10.000 euros d’amende dans une affaire d’ESCROQUERIE ET TRAFIC D’INFLUENCE, une peine couverte par sa détention provisoire

 

 

 

TEULADE RENÉ sénateur-maire PS d’ARGENTAT (Corrèze), avait été condamné en juin 2011 à 18 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de PARIS. En octobre 2012, HOLLANDE lui avait rendu hommage lors du Congrès de la Mutualité Française : «Je salue les présidents qui ont marqué l’histoire de votre organisation. René TEULADE auquel je suis lié par une fidélité corrézienne (….)

 

 

 

ABDI MOHAMED conseiller spécial de Fadela AMARA, la secrétaire d’État chargée de la politique de la Ville, a été condamné par la Cour de cassation à la mi-octobre à 18 mois de prison dont douze avec sursis pour escroquerie.

 

 

 

ANDRIEUX SYLVIE (Député PS) condamnée aujourd’hui à 3 ans de prison dont deux avec sursis, à 100.000 euros d’amende et à 5 ans d’inéligibilité. complicité d’escroquerie et détournement de fonds publics.

 

 

 

ANNETTE GILBERT (PS) Actuel Maire de Saint-Denis de la REUNION, ancien Député, condamné en 1996 à 200 000 francs d’amende, cinq ans de privation de ses droits civiques et trente mois de prison dont douze avec sursis pour CORRUPTION DANS DES PROCÉDURES DE MARCHÉS PUBLICS À LA VILLE DE SAINT-DENIS

 

 

 

BATHO DELPHINE la nouvelle Ministre délégué à la Justice, refuse toujours de quitter, son logement du parc social de Paris alors qu’elle encaisse 22.650 EUROS par mois selon LE MONDE, et même après en avoir été «priée» par le Maire de PARIS de dégager les lieux

 

 

 

BERNARDINI FRANÇOIS (Maire PS) condamné en 2002 pour une ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux. à 18 mois de prison avec sursis, 400 000 F d’amende et cinq ans d’inéligibilité.

 

 

 

CIOT JEAN-DAVID le premier secrétaire fédéral et collaborateur de GUERINI, mis en cause pour recel de détournement de fonds publics.

 

 

 

DALONGEVILLE GÉRARD (Maire PS) condamné faux en écriture et usage de faux, détournements de fonds publics, favoritisme et recel de favoritisme.

 

etc, etc….

 

Il faudrait plusieurs tomes pour arriver au bout de cette longue liste de «RIPOUX SOCIALISTES » payés avec l’argent des contribuables !

 

Et sans doute un seul tome pour traiter des «PILLEURS DE DENIERS PUBLICS » que sont

 

Jack LANG et Laurent FABIUS.

 

 

 

On se marre…

 

A propos, à l’extrème droite c’est pareil mais pas un mot non plus

 

On se marre…

 

On se marre……….!

Analyse de l’Affaire Fillon par Antoine BRUNET, un ancien de la Cour des Comptes.

20 février 2017

Affaire Fillon : Analyse d’un ancien de la Cour des Comptes.

 

 Legrand 16 Février 2017

 

Rose Demoiselle de Chenonceau.

http://magoturf.over-blog.com/2017/02/macron-les-pieds-noirs-nient-les-crimes-quels-crimes.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Réflexions éclairées d’un ancien de la cour des comptes.

 

J’ai comme vous été assommé par la cataracte médiatique du Penelopegate.

 

Mais ensuite j’ai enquêté et réfléchi. Voici quelques éléments à cet égard. S’ils vous paraissent valables, vous pouvez les faire circuler. Amitiés à tous, A BRUNET

 

 

 

Je n’épiloguera pas dans cette note sur l’aspect médiatique des choses, que chacun connait puisque c’est l’essentiel de ce que traitent les médias. La présente note vise au contraire à tenter d’analyser et d’éclaircir le fond du dossier.

 

. y a-t-il emploi fictif?:

 

A mon avis non: c’est impossible pour plusieurs raisons, l’accusation ne tient pas.

 

    . d’abord est-ce que Pénélope a réellement travaillé ?

 

La réponse est nécessairement oui. M Fillon, comme tous les députés, ne peut pas travailler sans assistant parlementaire, dont le rôle est à la fois divers et très chargé: suivre l’actualité, préparer des notes de synthèse ou des dossiers sur des sujets complexes, préparer les discours amendements et interventions à l’Assemblée, recevoir l’énorme courrier d’un parlementaire et rédiger les réponses, écouter les solliciteurs, représenter le député localement quand il est indisponible, préparer l’emploi du temps et suivre les rendez-vous et déplacements, …

 

Bref, il faut quelqu’un de fort calibre et ayant du temps disponible. C’est un travail qui relève du niveau “Administrateur civil” de la fonction publique. J’ai fait du Cabinet ministériel, je n’ai jamais autant travaillé.

 

Or à aucun moment le Canard n’a dit: « le travail était fait en réalité par Mr X, Mlle Y et Mme Z, donc pas par Pénélope ». C’était pourtant le seul moyen de prouver que Pénélope n’aurait rien fait. Et à ma connaissance, personne n’a cité le nom d’autres assistants parlementaires que Mme Fillon. Si donc elle était bien la seule, comment imaginer qu’elle n’ait pas fait le travail ? Comment le député Fillon aurait-il pu fonctionner ?

 

Ainsi l’accusation d’emploi fictif paraît peu vraisemblable.

 

    . ensuite, même si Pénélope n’avait pas travaillé, y aurait-il détournement de fonds publics ?

 

La réponse est non, car jusqu’en 2012, les fonds concernés étaient privés : personne n’obligeait M Fillon à dépenser son enveloppe destinée à payer un ou plusieurs assistants. Il pouvait garder les fonds entièrement pour lui, leur emploi était totalement libre. Une fois ces fonds arrivés sur son compte bancaire, il en avait la libre disposition. C’était des fonds privés, comme son salaire de député.

 

Donc il ne pouvait y avoir détournement, puisque le parlementaire en avait le libre emploi, sans avoir à en rendre compte à personne. Et encore moins de détournement de fonds publics, puisque ces fonds étaient privés.

 

Ce régime de libre utilisation des fonds a cessé fin 2012. Depuis 2013, les sommes non utilisées à payer un ou plusieurs assistants parlementaires reviennent à l’Assemblée. A partir de cette date les fonds sont « fléchés », leur nature est un peu différente. Ne cherchons pas à en dire davantage, puisque les faits sont antérieurs à ce changement de régime : à partir de 2013 Mme Fillon a cessé d’être rémunérée par son mari. M Fillon a expliqué qu’il avait cessé de le faire parce qu’il avait senti monter la réprobation publique contre ces emplois familiaux, pourtant légaux, et que, pour tenir compte de cette inflexion de l’opinion, il avait pris d’autres personnes pour remplacer son épouse.

 

Ainsi la qualification de détournement de fonds publics ne peut être retenue.

 

. si enfin cette qualification était néanmoins retenue, l’auteur des faits pourrait-il être poursuivi en justice ?

 

La réponse est non car les faits sont trop anciens. De tels « délits » (emplois fictifs, détournement de fonds publics) se « prescrivent » par trois ans. Après trois ans on ne peut plus les poursuivre. Or les faits remontent largement à plus de trois ans. Rien que pour ce motif la procédure diligentée à grand fracas contre Fillon est « bidon ». Si la PJ avait été honnête, elle aurait refermé le dossier en 24 heures en disant: les faits sont prescrits et ne peuvent plus être poursuivis. Et on n’en parlait plus.

 

Au lieu de cela, elle fait durer l’affaire, sans aucune chance d’aboutir, ni sur le fond ni sous l’angle de la prescription, uniquement pour ternir la réputation du candidat qui apparaissait bien placé pour gagner l’élection, et dégoûter les électeurs de voter pour lui.

 

    . passons à présent au plan moral, qui est celui qui est le plus retenu par le public et le plus “lourd à porter” :

 

Y a-t-il eu népotisme ?

 

Oui au sens littéral. Mais cette situation est légale, organisée et encadrée par les assemblées parlementaires. Plus de 200 parlementaires emploient des membres de leur famille comme assistants parlementaires, sans que personne n’y ait trouvé à redire. Cette pratique est sans doute regrettable, mais on ne peut en accuser M Fillon sans devoir en accuser aussi les autres parlementaires qui sont dans le même cas et sans ouvrir une enquête judiciaire à leur encontre. Ce que ni les médias ni la justice ne font.

 

Y a-t-il eu rémunération abusivement élevée ?

 

La réponse est non, les rémunérations pratiquées sont normales : il convient pour les apprécier de considérer la totalité de la période dénoncée par les médias. Si on rapporte ces salaires « énormes », aux quelque 25 ans de mandat de député ou sénateur (hors périodes de poste de ministre), ils ont été en moyenne autour de 2.400 E nets par mois.

 

Ce montant est à comparer à la rémunération mensuelle d’un Administrateur civil (= catégorie A), qui va de 2.100 E bruts en début de carrière à 3.600 E (et davantage pour le hors classe, le hors échelle…) sans les primes qui s’y ajoutent, et qui sont en moyenne de 20% du traitement brut. On peut comparer le net de Pénélope au brut d’un administrateur sans les primes.

 

Un assistant parlementaire a été interrogé à la TV, pour savoir si la rémunération de Pénélope était excessive. Il a répondu que si cela avait été lui l’assistant de Fillon, pendant toute la période en question, cela aurait coûté plus cher que les sommes énoncées par le Canard enchaîné. Je l’ai vu et entendu moi-même.

 

Ceci n’a été repris par aucun média.

 

 

 

Pour résumer :

 

. le travail d’assistant parlementaire a bien dû être fait par quelqu’un, et si ce n’est par Pénélope, par qui d’autre a-t-il été fait ? Il n’y a pas d’emploi fictif.

 

. les fonds, à l’époque des faits étaient d’emploi libre et, par conséquent, n’étaient pas des « deniers publics », mais des fonds privés. Il ne peut y avoir de « détournement de fonds publics ».

 

. les faits allégués sont prescrits et ne peuvent être poursuivis. Il ne peut y avoir d’enquête de police et encore moins de mise en examen.

 

. l’emploi de membres de la famille est légal et largement pratiqué par des parlementaires de tous bords, dont aucun n’est poursuivi,

 

. les rémunérations étaient normales pour le poste concerné.

 

 

 

Tout ceci montre qu’on est devant une bulle médiatique doublée d’un détournement de procédure par l’autorité publique, consistant à faire durer une enquête judiciaire « bidon », dans le seul but de persuader une opinion non informée que les faits étaient immoraux et délictueux, afin de fausser l’élection présidentielle.

 

S’agissant des médias, rien de surprenant. On se souvient que lors de l’élection de Hollande, les médias s’étaient entendus pour réaliser chacun de leur côté un « vote blanc » anonyme de leurs personnels, reproduisant celui qu’ils avaient émis pour le scrutin réel. Résultat : 85 % avaient voté Hollande.

 

S’agissant des pouvoirs publics, rien d’étonnant non plus quand on connaît le respect de la gauche pour la légalité, la présomption d’innocence et la moralité.

 

 

 

Alors, pour qui voter ?

 

 

 

Procédons à la revue des choix possibles :

 

 

 

. à l’extrême gauche, Mélenchon, le candidat du « peuple ».

 

Son programme économique est désastreux, fondé sur le gonflement du smic et des prestations sociales, le recrutement massif de fonctionnaires, le matraquage fiscal, la fermeture des frontières et le reniement de la dette publique. Ce programme est idéal pour accélérer les délocalisations des entreprises comme des hommes et femmes ayant reçu une instruction supérieure, c’est à dire pour vider le pays de sa substance.

 

Et pour financer tout cela, on répudierait nos dettes (les banquiers n’avaient qu’à pas nous prêter, c’est de leur faute ! Sic) et on emprunterait à la Banque de France.

 

Ce programme est inspiré de celui de Hugo Chavez au Vénézuela, qui a fait en peu d’années de ce pays prospère, assis sur un immense gisement de pétrole, un des pays les plus pauvres du monde. La fermeture des frontières françaises par des droits de douane élevés est un suicide collectif, quand on sait que la part du commerce extérieur est d’à peu près la moitié du PIB. En même temps, c’est la hausse assurée des prix intérieurs du fait des droits de douane, de l’inflation dûe aux emprunts à la Banque de France (interdits par les règles européennes, donc, sortie de l’Europe), de la perte de compétitivité, sans compter les mesures de rétorsion inévitables du reste du monde envers nous.

 

Bref, évitons Mélenchon.

 

Au plan moral, rappelons-nous que l’intéressé s’est déclaré opposé à ce qu’on demande aux candidats de publier leurs revenus, parce que son patrimoine est de plusieurs millions et qu’il gagne environ 30.000 E par mois en tant qu’élu cumulant plusieurs mandats.

 

 

 

. puis M Hamon. Sa semaine de 32 heures approfondira la chute de la compétitivité de nos entreprises, comme l’ont fait les 35 heures, cependant que le « revenu universel », qui coûterait chaque année autant que tout le budget de l’État, ne peut être financé qu’en doublant tous les impôts (la TVA à 40 % par exemple) ou en s’endettant comme la Grèce.

 

La France irait tout droit sous la tutelle du F M I, comme en 1958, situation dont nous a tirée l’arrivée de de Gaulle, remettant tout en ordre, et ouvrant le pays sur le monde pour le faire repartir.

 

Donc, évitons M. Hamon.

 

Au plan moral, jusqu’ici aucune « casserole » n’a été détectée contre lui, à ma connaissance. Mais il y a plus grave, c’est la destruction par son programme de ce qui reste de la « valeur travail » déjà mise à mal par les 35 heures.

 

. puis M Macron. On attend son programme. Le peu qu’il en ait exposé consiste à créer de nouvelles dépenses. Il ne prend parti sur rien, ou, quand il le fait, c’est pour renier ce qu’il a défendu comme ministre. Il se présente comme le candidat de la rupture et du renouveau, alors qu’il regroupe sous son aile l’essentiel des ministres de M Hollande. Bref, M Macron, c’est le nouveau Hollande.

 

Si on est satisfait du bilan de M Hollande, alors il faut voter Macron.

 

Au plan moral, pas un mot sur la gangrène islamique qui est devenue la préoccupation N° 1 des français, et qui fait le lit de Mme le Pen.

 

Rappelons en outre que M Macron a consommé en huit mois 80 % des frais de représentation de Bercy, dont une partie semble l’avoir été pour des fins électorales personnelles, sans qu ‘aucune enquête judiciaire n’ait été ouverte pour le laver de ce soupçon.

 

. Mme le Pen : c’est le mariage des extrêmes, de gauche et de droite : son programme économique est d’extrême gauche, c’est celui de M Mélenchon (voir ci-dessus), motif pour lequel, d’ailleurs, au Parlement européen le Front national s’est vu refuser sa demande d’adhésion au groupe d’extrême droite.

 

Son programme monétaire est la sortie de l’euro, par création d’un euro français dont la valeur sera déterminée souverainement par l’Etat et avec lequel seraient remboursés les emprunts publics (NB : ceux-ci sont libellés pour l’essentiel en vrais euros ou en dollars, et sont détenus pour les deux tiers par des étrangers): on rêve ? On va vers des dévaluations en chaîne, dues à la perte de compétitivité des entreprises. Personne ne voudra de notre euro national. Personne ne voudra plus de nos emprunts publics.

 

Elle promet de fermer les frontières à l’immigration et aux marchandises et d’expulser les étrangers en situation irrégulière. C’est la politique de la Ligne Maginot et du recroquevillement national. Elle croit sans doute qu’en agissant ainsi elle empêchera les élites et les capitaux de fuir le pays pour aller créer des entreprises ailleurs et qu’elle encouragera les investissements étrangers chez nous.

 

Son programme budgétaire consiste à s’affranchir des règles d’équilibre de Maastricht. On fera le déficit qu’on voudra, financé par la Banque de France, enfin libérée des contraintes européennes, redevenue « souveraine . Vive la « planche à billets » et les nouveaux « assignats ».

 

  Mme le Pen c’est le nationalisme + le socialisme. Ça a un nom, qu’il ne faut pas prononcer, parce qu’il rappellerait de mauvais souvenirs.

 

Donc, évitons Mme le Pen.

 

Au plan moral, pour se limiter à l’actualité récente, rappelons que Mme le Pen doit personnellement 650.000 E au Parlement européen, pour avoir pris son concubin comme attaché parlementaire, ce qui est interdit à Bruxelles, et avoir fait financer sa campagne en France par les fonds européens. Elle refuse de rembourser ces sommes et fait donc l’objet de poursuites judiciaires de ce chef. Ceci ne semble émouvoir personne.

 

Alors, il reste qui, si on veut sortir du Hollandisme sans tomber encore plus bas ?

 

Il reste M Fillon, le seul à présenter un programme complet et cohérent de redressement du pays appuyé sur une force de caractère capable d’en assurer la mise en œuvre.

 

Et on irait douter de lui et du programme de redressement de la France au motif qu’il fait l’objet d’une campagne mensongère de la part des « immobilistes », profiteurs du statu quo, qui creusent des trous dans le bateau pour s’amuser un peu, en se fichant pas mal de le faire couler !

 

Mais où avons-nous la tête ? Nous voulons voter pour tous ces marchands d’illusions qui nous conduiront à ce que sont devenus la Grèce ou le Vénézuela (sans compter l’Argentine, Cuba et bien d’autres) ?

 

Ou alors allons-nous nous abstenir courageusement, pour ne pas avoir à choisir, en nous cachant la tête dans le sable pour ne pas voir ce qui va nous arriver ?

 

Allons donc !

 

Personnellement, je n’ai pas d’états d’âme. Je voterai Fillon, et je le ferais même s’il était fautif. Car mieux vaut un fautif qui sauve le pays qu’un candidat bien propre qui le conduise au précipice. Sans compter que par les temps qui courent, les candidats bien propres ne sont pas légion. Après tout, ni Colbert, ni Mazarin, ni Napoléon, ni Talleyrand, ni Clémenceau, ni la plupart des grands hommes d’Etat qui ont oeuvré pour le bien du pays, n’étaient de petits saints, malgré ce qu’ils s’efforçaient de paraître.

 

C’est pourquoi je voterai Fillon et je le fais savoir autour de moi pour redonner du courage à ceux qui doutent. La communication initiale de Fillon a été faible, c’est à nous de prendre le relais.

 

Je vous ai aidé à y voir clair ?

 

Amitiés à tous A BRUNET

 

 

 

Nota : Qui est Antoine Brunet?

 

​http://www.lesbiographies.com/Biographie/BRUNET-Antoine,37299​

 

​Président de Chambre Honoraire ​(Droit, Economie, Sciences Po, ENA promo StJust 1963) 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000678306

 

 

Lettre d’un électeur désinscrit et monarchiste, à un électeur inscrit et républicain de droite.

6 février 2017
Hello mon cher Ami Alain ; –)
Tu publieras ? Ou pas ? : –)) On pourrait appeler ça : Lettre d’un électeur désinscrit et monarchiste, à un électeur inscrit et républicain de droite.
Je sais, je suis très cruel, je t’imagine déjà au fond du lit, du gouffre, faisant des boulettes en papier avec les pages du Canard sur lesquelles tu auras préalablement uriné. C’est normal. Ca fait partie du symptôme. Tu verras, on s’habitue. Moi je l’achète directement pour les toilettes. C’est du papier recyclé, c’est mon petit coté écolo. J’ai honte.
Bon, admets quand même que le fait de la semaine est peut-être passionnant pour le bobo, mais pas franchement inattendu pour le vacciné : François Droopy, catho sincère mais mondialiste honteux, s’était vu roi de France un peu tôt en oubliant que son mentor Seguin s’était déjà et toujours, mais alors toujours puissance 10 !, fait pigeonné par le système et les mondialistes de son époque et, surtout, par ceux de sa propre équipe (Balladur, Chirac, Sarko, donc tout le RPR sauf Seguin lui-même, en fait, qui était le seul véritable héritier de De Gaulle). Et pour accompagner l’illusion de la victoire à portée de main, pourtant cocu jusqu’aux oreilles en 2007, une partie non négligeable de la tranche gérontologique de l’électorat FN s’était même déplacée (pas très malin d’ailleurs stratégiquement, mais on le sait bien depuis qu’on nous le serine à la radio : l’électeur FN est un gros beauf très con, éleveur de bergers allemands dégénérés, et les vieux FN d’avantage encore) pour aider un peu notre (enfin “notre”, que dis-je… “votre”) Droopy à monter sur le trône, le pressentant comme une sorte de De Villiers “light”, moins aristo, moins vieille France moisie, toujours plus compatible qu’Ali le bordelais, et plus présentable que Philippot qui lave plus blanc mais trop à gauche à ses yeux. Et puis Fillon, ça sonne plus “français” que Zemmour”. Que la fête s’annonçait belle ! C’était gagné !
Y’a bon…par ici la monnaie…
Mais patatras… le grand journal indépendant de France et de Navarre, le chantre de la satyre, donc – en clair et en décodé – le torche-cul de gauche, difficilement installé dans son hôtel particulier Rue du Faubourg St Honoré, totalement sous contrôle et financé par nos impôts à hauteur de 557 000 euros par an, et qui sert depuis 7 décennies à faire et à défaire des rois depuis les Loges du GO en exécutant sans gant ni tablier leurs basses oeuvres, bref, le Bobard Déchainé a balancé sa petite bouse hebdomadaire. Et tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes, BFM TV, avec cette bonne Ruth Elkrief en chirurgienne de service, achève le dépeçage et en remet une couche bien puante sur la tête de Droopy, aidée par le sibyllin Laurent Neumann. Seul avantage de notre monde hyperconnecté, Giscard avait mis 3 mois à mourir en 1981, mais 3 jours auront suffi à Droopy en 2017. Loi de Moore oblige.
Alors, le peuple “de droite” ne comprend pas. Il doute, il panique ! Quoi ? BFM TV ? Cette bonne chaine info en temps réel que le peuple “de droite” croyait naïvement encore “un peu” de droite dans la “bobo-TV”, sans doute par contraste avec I-Télé, la Pravda télévisuelle socialiste authentiquement confirmée AOC ‘’(Affiliation Obéissante Canal plus) ? Haaa, au moins, du temps de FR3, quand nous étions toi et moi encore enfant ou ado, les choses étaient claires : il y avait, par exemple, deux pôles rouges en France : FR3 et la Place du Colonel Fabien. Si tu voulais avoir l’avis de Georges Marchais, tu regardais FR3. Si tu voulais celui de Bouygues, t’allumais TF1. Le bon gros ouvrier rouge coco de la banlieue contre le méchant notable bedonnant de la province. Limpide. Maintenant, les cartes sont un peu plus brouillées, forcément : tout le monde a racheté tout le monde. Oui, c’est ça aussi le libéralisme. Dis-moi qui te paye, et je te dirai ce que tu penses.
Mais bon, peut-on lui en vouloir encore au peuple “de droite” ? Si, si… un peu quand même, parce qu’il est franchement lent à la détente, le peuple “de droite”.
Il n’a pas encore compris que lui-même, idéologiquement, n’est plus “de droite” depuis bien longtemps, si tant est qu’il l’ait été un jour depuis 1958. Comme je te l’écris régulièrement depuis 10 ans, le clivage artificiel gauche / droite est mort. “Clivage gauche / droite”… terminologie géographique, donc assez primaire et obscure, directement issue de la Révolution comme tout ce qui est un peu primaire et obscur depuis 240 ans, concept tordu et retordu à contresens pendant tout le XIXème, ré-écrit après 1945 et en 1958 en inversant littéralement les valeurs respectives de l’un et de l’autre, gauche antilibérale et droite libérale, alors qu’historiquement c’était l’inverse un siècle avant, brouillant les cartes des manuels scolaires pour mieux faire oublier la majorité socialiste confiant les pleins pouvoirs à Pétain, ou celle qui l’a précédée, socialiste toujours, lancer la France dans la colonisation 60 ans plus tôt. Si, si, il faut relire l’histoire. Bref, ce clivage est mort, mais était-il seulement né, on peut s’interroger.
Il est mort en silence, comme un vieux grabataire sans famille dans la nuit à l’hospice, en 1973, quand Giscard, alors ministre des Finances “de droite”, remet entre les mains de l’Europe et des banques mondialisées la souveraineté financière de la France, comme les bourgeois de Calais en guenille remirent les clés de la ville à l’Anglais, sans que la gauche ne pipe mot. Désormais les Etats emprunteront directement auprès du système bancaire international. Depuis, on a de la dette.
Il est enterré, à la place qu’on réservait aux indigents jetés à la fosse commune et recouverts de chaux, en 1983, quand Mitterrand siffle la fin de la “récréation rose rouge” de Pierre Mauroy et passe – l’avait-il seulement quitté ? – du libertarisme sociétal au libéralisme social, qui ont toujours été de paire, faut-il le rappeler. Depuis, on n’a plus de communiste, on a des écolos. Pardon, des “alter-mondialistes” (Donc des mondialistes quand même, mais d’une autre version)
Alors évidemment, Droopy Fillon n’est sans doute pas totalement clair – aucun ne l’est, c’est la République elle-même qui veut ça – et particulièrement maladroit, soit dit en passant. Mais l’est-il moins qu’un autre ? Non, et certains penseront même un peu plus clair que d’autres loups de sa famille, condamnés, eux. Encore que, Fillon allant dénoncer son petit camarade de jeu à Jouyet, c’était déjà assez poilant. Bref, Monsieur Propre en personne pris la main dans le seau de merde. Pourtant, employer une femme galloise, issue de l’immigration donc, en la payant même mieux qu’un homme, c’est une mesure de gauche, non ? Pardon, je n’ai pas pu résister. Reprenons…
Alors forcément, le brave soldat militant Républicain que je vois un peu partout autour de moi – même en Corrèze (si, si, on en conserve dans une réserve biologique ! Espèce protégée ! ) – et qui voit son bonhomme de neige fondre à l’arrivée du soleil printanier, hurle au complot, au déni de démocratie, tout en préparant en catastrophe un plâtrage grossier, réalisé à la hâte avec du ciment républicain par le maçon de service, ce bon Baroin, ça ne s’invente pas, le Harry Potter “de droite” qui voulait faire interdire partout les crèches dans la mairie au nom de la Laïcité. Désorientant, non ?…. Quoique…
Et bien au delà de la diarrhée médiatique qui projette son seau de merde quotidien sur la tête de Droopy et du prix Nobel de littérature qui partage apparemment sa chaste vie, personne ne s’inquiète en revanche de la crise aigue de constipation dont semble atteint l’ensemble du monde médiatique. Oui, car il s’agit bien d’une crise aigue de constipation. En médecine, ça s’appelle une macronite. La macronite, son diagnostic est simple à poser : tu peux tout bouffer, tout niquer, tout te goinfrer, sans rien branler, quoique, de préférence aux frais du contribuable, à l’arrivée, rien ne sort. Peinard. Décontracté du jonc. Comme les ours en hibernation, un bon gros bouchon de fougère et plus de popo au fond de la grotte pendant l’hiver.
Ainsi, notre bon et joyeux Manu trimballe pépère de unes en unes le sapin de Noël dégarni, tiré et peinturluré à la truelle qui lui sert de compagne et d’alibi dans le Marais, comme jadis Pierre Palmade nous amusa avec Véronique Samson, ou Yves Mourousy avec sa Véronique, nique, nique. Une rumeur immonde se lève sur le web en novembre ? Un petit vent malodorant de fin d’automne, peut-être ? Aussitôt le ventilateur médiatique se met en marche et l’odeur méfétique et homophobique disparait en page 18, après la rubrique nécrologique. Et encore, dans la presse régionale. Personne ne relèvera. Surtout pas BFM TV.
Ainsi, notre bon et joyeux Manu engraisse allègrement ses troupes à nos frais, entre deux réformes mal ficelées et non abouties, dont au final ne subsistera que quelques autocars en Auvergne, dont un s’est d’ailleurs planté Dimanche dernier en faisant un mort dans le Cantal, mais non, pas un mot, pas un édito, au mieux quelques entrefilets, toujours dans la rubrique nécrologique. Pas un mot sur BFM, pas une page dans le Bobard.
Ainsi, notre bon et joyeux Manu affirme novembre 2014 sur BFM : “Oui, je suis socialiste”, puis en Octobre 2016, toujours sur BFM “Non, je ne suis pas socialiste”, le mec qui bosse aux archives de BFM est en arrêt maladie. Crise de macronite. 4 mois d’arrêt remboursé par la sécu.
Ainsi, notre bon et joyeux Manu est-il en réalité l’initiateur, l’inspirateur, l’auteur, le metteur en scène de la déferlante fiscale qui nous a tous laissés assommés sur la grève un matin de tempête pour atteindre désespérément le consternant 3% concédé à l’autre mondialiste bouffeuse de choucroute de l’est, mais non, chut, on n’en parle pas.
Ainsi, notre bon et joyeux Manu, bercé par sa vieille fée bleue un peu ridée, Pinochio ayant échappé à son créateur Gepetto Normal Jeckyll 1er, créée son mouvement. Financé comment ? Par qui ? J’ai bien dit un mouvement, pas un parti, donc une alcove souple et bien pratique pour permettre aux socialistes, UDIstes, modemistes et autres mangeurs de soupe de tout bord de le rejoindre le moment venu sans craindre pour leur investiture de député, de sénateur. Pas un mot sur BFM, pas une page dans le Bobard.
Mais pourquoi ? Parce que le système a déjà choisi depuis 2 ou 3 ans, Alain ! Ce sera Macron, que cela te plaise ou non, pauvre couillon d’électeur !
Après une gauche fière de son libertarisme mais honteuse de son libéralisme féroce, après une droite timide sur son libéralisme et taiseuse sur son libertarisme pourtant plus extrême (IVG, droit de vote à 18 ans, majorité sexuelle à 15, c’est la droite, pas la gauche…), le système tient enfin son champion : ni gauche ni droite, mais totalement libertaire et totalement libéral ! Et le jeune gauchiste de la ville, pas encore trop abimé par la mondialisation, applaudit ! Et le jeune bourgeois vaguement de droite, pas encore dépucelé de la politique, et croyant encore que ses études à Londres vont lui sauver le cul, applaudit aussi ! Terminé la récré !
Début novembre, le bègue du Béarn s’énerve un peu : le jeune coq marche sur ses plate-bandes mais c’est trop tard, les jeux sont faits.
Et sur ce coup là, électeur loyal, tu ne t’es pas fait baisé une fois, comme d’habitude, mais au moins deux, voire trois pour les plus cons (et il y en a, en tout cas en Corrèze) : tu as payé 4 euros en novembre, 2 de plus en janvier, et au final, tes impôts, ta TVA, tes taxes en tout genre, financeront encore le grand cirque de mai, où en bon citoyen taillé à la hache de l’intégration et de l’égalité républicaine, tu iras mettre ton bulletin dans l’urne, droit dans tes bottes, espérant encore quelque intelligence de la part de tes contemporains, fier de ta naïveté citoyenne, alors que les jeux sont en réalité pliés d’avance. Et là, tu verras tes députés, en juin, que tu sois de gauche ou de droite, tous aller à la soupe pour garder leur mandat et tâcher de conserver un semblant de gouvernabilité à ce pays Titanic. Puis tu vivras cinq ans de réformettes inachevées, mi-molette, façon grand écart permanent, mais toujours plus libérales, toujours plus libertaire. Gauchisant par atavisme culturel et ignorance de l’histoire, tu sera déçu. Conservateur par réaction et tout aussi ignorant, tu le seras également. Bien fait pour toi, fallait réfléchir.
Tu ne comprendras pas pourquoi en 2022, 0,5 % des élèves de Polytechnique seront issus du peuple, contre 37 % en 1960. Impossible ! Mais.. mais… l’ascenseur social, alors ? On nous l’avais promis ! Ben non, on l’avait déjà en fait, il s’appelait France. Mais l’ascenseur est bloqué à la cave, maintenant, l’élite est assez nombreuse et à surtout besoin d’un gros peuple très con, peu éduqué, et facile à manipuler. Pas plus de 5 personnes dans l’ascenseur. Pas plus de 5% d’élite.
Tu ne comprendras pas pourquoi désormais, bien que cadre moyen au bout de 20 ans de carrière après avoir péniblement gravi les échelons de ta boite toujours suspendue au couperet d’un plan social, tu ne puisses te payer guère plus de vacances que le fils du voisin qui ne vit pourtant que par la grâce de contrats aidés. Ben oui, pauvre con, à force de croire à l’ascenseur social promis par le libéralisme, à force de croire à la belle pyramide sociale bien régulière promise par le libertarisme, tu t’aperçois enfin que leur pyramide à eux, elle a surtout la gueule d’une énorme flaque, d’un gigantesque marécage plébéien, d’où émerge seulement une très grande et très fine tige, celle de l’élite bien né, dans le bon quartier, la bonne famille, mais dont tu n’auras désormais même plus le droit de rêver de faire partie. L’atterrissage est douloureux. 5% de gagnants, 95% d’abrutis. C’est toujours désagréable de se réveiller abruti.
Et en 2022, contemplant dans le paysage lointain l’épave échouée des Républicains en baie de Sarthe sur ta droite, et les ruines fumantes du parti Socialiste en soins palliatifs dans la plaine de Solférino sur ta gauche, tu pleureras quand on te proposera alors le choix du changement, le grand changement, entre un marxiste pur jus révolutionnaire et une blondasse un peu inculte sur les bords. Tu pleureras car tu sauras déjà au fond de toi que le crétin d’électeur qui t’entoure, conditionné à mort et ramolli du bulbe par 50 ans de lavage de cerveau, préfèrera encore et toujours ce bon choléra rouge à cette épouvantable “peste brune”. “Ben oui, Josiane, le p’tit est parti défiler avec ses copains ! C’est de leur âge ! Entends dans la rue : Et F comme Fachooo, et N comme Naziiii, Non, Non, Non au ….” etc… etc…
Alors tu te coltineras 5 ans de plus le Tsipras français du moment, vite dompté par le FMI, et tu assisteras à la mort en direct de ton pays. Pleure pas, il était foutu depuis longtemps.
Et la féroce logique anglo-saxonne du monde, qui attendait le dernier souffle de la bête déjà saignée à mort sur la plaine de Waterloo, pourra enfin se repaître. France, R.I.P.
Antoine,
qui continue, comme le vieux Mr Calguès, à regarder le triste spectacle de la fin de son monde en se marrant.

Véritable Bilan CHOMAGE SARKOZY / HOLLANDE (déc.14)

17 décembre 2014

ANALYSE – Le président continue d’affirmer qu’il y a eu «un million de chômeurs de plus» sous le quinquennat de son prédécesseur, un chiffre que l’on ne retrouve pas dans les statistiques officielles.

Lors de sa conférence de presse jeudi, François Hollande est revenu sur le bilan du quinquennat de son prédécesseur. Il a notamment accroché au compteur de Nicolas Sarkozy «un million de chômeurs de plus». Un chiffrage régulièrement avancé depuis deux ans et demi par la majorité pour stigmatiser l’échec de la politique de la droite entre 2007 et 2012. Or, quand on regarde bien les séries des données mensuelles publiées par le ministère du Travail -les fameuses DEFM si commentées à la fin de chaque mois, et en ne considérant que les seules données pour la métropole-, on ne trouve nulle trace de ce chiffre de «un million de chômeurs».

Si l’on prend la catégorie reine des statistiques de Pôle emploi, la A qui comptabilise les demandeurs d’emploi sans aucune activité, la hausse entre mai 2007 et avril 2012 s’établit précisément à + 753.200 chômeurs. Soit, peu ou prou, 25 % de moins que le niveau avancé par le président de la République. On s’en rapproche un peu plus si on fait partir le calcul du plus bas atteint en février 2008. Et la progression atteint alors + 910.400. Mais même là, on est en dessous de la barre symbolique du million pointé par François Hollande et il est donc erroné de parler de «un million de chômeurs de plus». De plus, il serait malhonnête de passer sous silence les 10 premiers mois du quinquennat sous prétexte que le chômage baissait… Cinq ans, ce sont 60 mois, et pas 50 !

Prenons dans ce cas les relevés des catégories A, B et C, qui recensent en plus de la A les demandeurs d’emploi en activité réduite (qui exercent des petits boulots de plus ou moins 78 heures par mois). Et là, c’est l’inverse qui se produit: quel que soit le point de départ du calcul, on dépasse le million! La hausse s’établit précisément à + 1.087.400 en partant de mai 2007 et à + 1.267.600 en partant de mai 2008, date à laquelle le nombre de demandeurs d’emploi dans ces trois catégories a atteint son point le plus bas.

On ne trouve nulle part trace du chiffre de « un million de chômeurs en plus » affiché par François Hollande pour qualifier le bilan de Nicolas Sarkozy

De deux choses l’une: soit les socialistes font référence à la catégorie A pour faire le bilan chômage de Nicolas Sarkozy et dans ce cas ils gonflent volontairement l’addition à des fins purement politiques et sensationnelles. Soit ils incluent les activités réduites et, dans ce cas, ils minorent la facture du précédent quinquennat vu qu’ils devraient alors parler de «1,1 million de chômeurs en plus», voire même «1,3 million» !

Si le président et la majorité socialiste ne le font pas, c’est sans doute parce que cela aurait un effet boomerang sur le propre bilan de François Hollande à presque mi-mandat. Si l’on s’en tient à la seule catégorie A, le nombre de demandeurs d’emploi supplémentaires enregistré entre mai 2012 et juillet 2014 (dernières statistiques disponibles) s’établit précisément à + 500.500, soit un vrai «demi-million de chômeurs en plus» en un peu plus de deux ans! Pis, si l’on prend en compte en plus les catégories B et C, la note grimpe encore plus pour atteindre alors + 726.200, soit 66 % du bilan de Sarkozy sur cinq ans mais en seulement 27 mois! Et encore, l’ex-président a eu à gérer les conséquences de la crise de 2008 et notamment le cataclysme de la seule année 2009 où le nombre de chômeurs en catégorie A a augmenté de près de 422.000…

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/19/20002-20140919ARTFIG00110-pourquoi-hollande-ment-sur-le-bilan-sarkozy-en-matiere-de-chomage.php

 

Bartolone, Plus belle la Gauche !!!

9 décembre 2014

Elle n’est pas belle la vie ?
Ces élus qui montrent l’exemple à suivre en temps de crise aux français : « Yes, they can »… et sans aucun état d’âme !
Pour votre parfaite information, dans le but « d’améliorer » l’homme et l’humanité et les pratiques institutionnelles de la République, ce mail doit être diffusé très largement, car « seule la lumière dérange et peut faire reculer l’ombre. »
On comprend mieux pourquoi le non cumul des mandats ne sera pas à l’ordre du jour avant… la fin du quinquennat..
Elle n’est pas belle la vie ?

Dans la continuité du président normal, il faut dire qu’il fait très fort, même très très fort !
A quel déchainement de la presse bien pensante aurions-nous assisté il y a seulement deux ans ! Et là, rien du tout, pas le moindre glapissement, rien !
Les enfumeurs nous prennent pour des idiots.

INCROYABLE RETRAITE PRÉFECTORALE DE BARTELONE
Renseignements transmis par un journaliste du Parisien
- Par la grâce du Président de la République française, Monsieur Claude Bartolone est un homme heureux.
( Né le 29 juillet 1951 à Tunis sous le Protectorat français de Tunisie.)
.Sources vérifiées 0 : http://www.monsieur-biographie.com/…/claude_bartolone-14522… )
- Par décret, le président de la République, son ami François Hollande, l’a réintégré dans le corps préfectoral où il ne figurait plus depuis 25 ans. Et comme par hasard, un mois plus tard, il pouvait en conséquence prendre sa retraite de préfet honoraire hors cadre et hors classe !
Ces infos sont exactes et vérifiées! cliquez, ci-joint, sur le site officiel gouvernemental :http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do…
Résumons la situation financière du « pauvre camarade » :
- Depuis août 2012 : retraité du corps préfectoral.
- Depuis le 10 mars 2008 : conseiller général du canton de Pantin
(source vérifiée !http://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_de_Pantin-Est )
- Depuis le 20 mars 2008 : président du conseil général de la Seine-Saint-Denis.
(source vérifiée ! : >http://www.seine-saint-denis.fr/Claude-BARTOLONE.html)
- Depuis le 17 juin 2012 : député de la neuvième circonscription de la Seine-Saint-Denis (source vérifiée : :http://petitsmatinsetgrandsoir.wordpress.com/…/bartolone-h…/ )
(Il faut savoir qu’il est député depuis 1981)
- Depuis le 26 juin 2012 : président de l’Assemblée nationale.
(source vérifiée ! :http://www.assemblee-nationale.fr/…/…/2011-2012/20120148.asp )
Même en appliquant les plafonds de cumul, on arrive quand même à + de 30.000 euros par mois, mais ce n’est pas tout ! :
+ l’incroyable logement de fonction en qualité de Président de l’Assemblée Nationale,
+ le « petit » logement de fonction en qualité de Président du Conseil Général du 93,
+ véhicules de fonction ,
+ Cantine gratuite ,
+ ++ tous les avantages occultes…

Afficher la suite

Bartolone, Plus belle la Gauche !!!
Claude Bartolone, né le 29 juillet 1951 à Tunis sous le Protectorat français de Tunisie est un homme politique français, élu le 26 juin 2012 président de l’Assemblée nationale pour la XIVe législature de la Cinquième République. Député en Seine-Saint-Denis depuis 1981, Ministre de la Ville de 199…
monsieur-biographie.com

Echange entre 2 amis de 30 ans (Alain-Antoine) à propos de l’excellent Zemmour…

26 novembre 2014

Il devrait faire de la politique mais pour le moment en tant que journaliste / écrivain, il s’en tient à ce rôle !

 

Haaaaa, non, cher ami,; surtout pas. Ne te mets pas dans l’attente du messie qui sauvera la France et qui se dit qu’il faudrait un Zemmour ou un autre de sa trempe pour sauver la France !

Zemmour dit “Le suicide Français”. Quand on se suicide, généralement, on meurt. La France est morte.

Ce livre passionnant n’est pas un cri d’alarme, il n’est pas non plus, contrairement à ce que dit Zemmour un “diagnostic posé” (il se refuse à préconiser le moindre traitement, se déclarant incompétent pour ce faire), il est juste une oraison funèbre.

 

Ita misa est

 

Donc non, Zemmour n’est pas taillé pour la politique et ne le sera jamais pour différentes raisons à mon sens :

 

1 – Zemmour inscrit sa pensée globale dans une connaissance approfondie d’un passé qui alimente cette pensée, l’enrichit et la cimente dans l’observation très fine du présent, et la projette dans le futur pour la valider ou l’invalider. Or ce futur qui devient présent par essence même, lui donne raison au fil des ans. C’est donc un penseur libre “du temps” et “hors du temps”. (Ce qui peut paraitre paradoxal quand on connait le procès exclusivement “passéiste” ou “nostalgique” qui lui est fait régulièrement. Au contraire, il est un visionnaire puisqu’il permet à chacun d’avoir une idée assez précise de SON futur individuel (et c’est là la force de son discours). Et bien entendu de NOTRE futur collectif aussi. Or, les politiques d’aujourd’hui se caractérisent pour leur part par une connaissance minable du passé, un déni du présent, et une vision à très court terme du futur, pour ceux, rares, qui ont le privilège d’en avoir une. C’est dire.

 

Zemmour est donc totalement à contre-courant de ce point de vue. En outre, la médiocrité de l’époque lui est trop insupportable pour qu’il s’enferme dans le “politique”. Il refuse délibérément d’endosser ce rôle et préfère largement sa posture de liberté de pensée et de ton. C’est très probablement dans sa nature profonde, et il est assez intelligent pour savoir qu’il ne faut jamais contrarier sa nature. Au même titre d’ailleurs, que le furent en leur temps des Peyrefitte (plus penseur que politique) ou des Jean-François Revel. Ou même un Guaino, dont le premier venu vérifiera qu’il fut bien meilleur penseur (et meilleure plume) que “politique”. Que fait-il donc dans cette galère, d’ailleurs…

Fait étrange et peut-être pas sans rapport : ces quatre là ont tous été élevés presque exclusivement par des femmes, mais pas des ‘’”féministes”, des femmes “traditionnalistes”. Lien de cause à effet ?

 

2 – Quoiqu’il en pense aujourd’hui et qu’il en dise – les bobos fumeux qui l’interrogent sur les plateaux le savent parfaitement et le lui ressortent à chaque interview pour le déstabiliser – Zemmour reste sans doute un peu frustré d’avoir été recalé à Sciences Po. Ou, tout du moins, l’a-t-il été un long moment. Qui ne le serait pas, à l’aune de l’efficacité et fulgurance de sa pensée, fracassée par la rigidité autiste du système Sciences Po.

Il en conserve – ou en a conservé sans doute – une amertume plus que légitime, qui n’a fait que renforcer avec le temps sa conviction de la nullité et de l’inutilité du politique dans l’époque actuelle, formaté, lui, 100% Sciences Po. C’est d’ailleurs l’une des lignes directrice de sa pensée. Toujours cette agaçante cohérence qui agace tant le système. Imprenable. Pas de contradiction.

 

3 – Avec cette posture de penseur détaché de l’embourbement du quotidien, il est donc beaucoup plus efficace pour faire avancer ce qu’il pense être des idées mais qui ne sont, pardon, que des constats, très pertinents au demeurant, en tout cas plus efficaces qu’il ne pourrait le faire en médiocre député local animant l’assemblée de temps à autre le mercredi, ou encore en sénateur engraissé au frais du contribuable, taiseux sur les plateaux, et adepte du “off”. En clair, Zemmour se refuse à commettre la même erreur qu’un Ménard, passionnant journaliste, scandaleusement censuré en France mais adulé en Russie et au moyen-orient (tiens, tiens, comme Thierry Meyssant…), qui constate aujourd’hui que la conquête brillante de la mairie de Béziers ne lui permet pas pour autant de retrouver une parole publique pourtant largement méritée.

De même pour Alain Soral, qui était “lisible” il y a encore quelques années (intellectuellement parlant, j’entends) tant qu’il ne faisait pas directement de politique en prise avec le réel, et dont le positionnement actuel (déjà assez ambigu au départ vu ses origines idéologiques) est irrémédiablement troublé par son égo et ses alliances furtives et contre-productives. Ou même encore qu’un Dieudonné, qui n’a compris que trop tard que le système, pour être combattu, ne pouvait l’être qu’à l’intérieur, et avec les mêmes armes que le système lui-même. Autant dire que c’est mort.

 

Et pour finir, Zemmour, fin connaisseur de la bête, a compris depuis longtemps qu’il y a un écueil brûlant auquel se sont d’ailleurs écorchés ou échoués douloureusement les Soral, Ménard, Dieudonné et tant d’autres : l’emprise réelle ou supposée, selon le point de vue de chacun, d’une certaine élite issue d’une certaine communauté, et se revendiquant de surcroit haut et fort comme tel. Et là réside toute la gêne de la clique médiatique et la clé de la force de Zemmour :  juif lui-même – on remarquera qu’il est le seul a n’user précisément jamais de l’arme de la victimisation alors qu’il pourrait le faire comme les autres le font (BHL, Finkelkraut, etc…) –  il ne peut donc pas être taxé d’antisémite, ce missile balistique suprême du système pour flinguer un gêneur et tuer médiatiquement un emmerdeur.

Ce qui explique pourquoi les quelques pages sur Vichy sont la cible préférée et surtout exclusive des connards acculturés qui le convoquent sur leur plateau : ne pouvant le fasciser, ils cherchent à en faire – à défaut – un médiocre Kapo, ces pauvres hères au sort légèrement guère plus enviables que les victimes des camps qu’ils gardaient, étant eux-même des prisonniers en sursis, on l’oublie trop souvent. Le procédé, éminemment vomitif et dégoulinant de mauvaise foi caractérisée, est l’illustration même de l’emprise d’un certain système par un certain cercle. Cercle que Zemmour n’évoque justement jamais…

Toute la question est en effet de savoir s’il omet cet aspect de la question (pas une seule trace en 500 pages) par prudence ou par déni. Zemmour vicieux ou Zemmour aveugle ?

Dans les deux cas, encore une bonne raison de ne pas lui souhaiter une reconversion dans la politique. A suivre…

 

Haa, tant que je te tiens, quelques observations annexes du jour à bien peser pour les prochaines années, et pour éviter l’amnésie collective si contagieuse :

 

a – On remarquera que ces quatre personnages médiatiques (Zemmour, Soral, Ménard, Dieudo et bcp d’autres d’ailleurs) qu’on amalgame trop fréquemment et par stupidité, sont néanmoins TOUS idéologiquement issus de la plus pure forme de gauche, puisqu’ils bâtissent une grande partie de leur pensée en se basant sur l’analyse marxiste originelle. Soral assume ce passé, Dieudonné l’a revendiqué haut et fort au temps de ses aventures à Dreux, Ménard le laisse clairement entendre, et Zemmour l’écrit, poussant même la “provocation” (du point de vue des bobos) à faire un hommage à Georges Marchais. Curieux que la gauche d’aujourd’hui ignore ces faits aveuglants, et taxe tout ce petit monde de fascistes en puissance et ou d’extrémistes de… droite ? Ahurissant.

 

b – Rappelons à ceux, totalement incultes ou à la cervelle broyée par le système, et qui pensent que l’extrême droite la plus dure est incarnée par les nazis, que le parti nazi s’appelait, et jusqu’en 1945, parti national “SOCIALISTE” et n’a jamais changé ce nom. Et que Hitler, au début de 1919 , servit lui aussi d’homme de main pour le parti communiste allemand où il fit, en quelque sorte, ses “classes”. (Lire et relire “Adolf Hitler, la séduction du diable”, par Laurence REES). Sa haine viscérale des “bolcheviques” n’était pas du tout idéologique, c’est l’instinct d’élimination du concurrent direct. Cette logique résumant la vie à un combat à mort d’un groupe contre un autre, quelqu’il soit, est en réalité la seule colonne vertébrale de toute la pensée d’Hitler et sa seule cohérence jusqu’en 45. (REES toujours…) Grosse erreur d’analyse des historiens contemporains pas nés à l’époque. Comment aurait-il pu dans ce cas, non seulement envisager le pacte germano-soviétique, mais de surcroit parvenir à convaincre de la justesse de ce choix non seulement son propre peuple mais surtout Staline, qui avait tout de même quelques neurones opérationnels. Or ce pacte fut conçu, acté, et signé par les deux. Main dans la main… Proximité et concurrence idéologiques surtout ! Et non antinomisme.

 

c – Rappelons aux mêmes amnésiques qu’accessoirement, en France, l’assemblée nationale qui confia, des deux pieds et des deux mains les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 40 était une assemble à 70% socialiste, et pas une assemblée de droite… Les socialistes détestent qu’on le leur rappelle et les agents de la gestapo moderne qu’est l’ Education Nationale ont savamment gommé cette cruelle réalité des manuels scolaires. Salauds. L’histoire du XXème siècle ne fut pas écrite par les vainqueurs, elle fut ré-écrite par les fascistes (toujours de gauche car le fascisme de Mussolini provient lui aussi de la gauche pure et dure, là encore…)

 

d – Et notons enfin au passage qu’aujourd’hui, le FN, ce parti qu’on dit encore d’extrême droite (ce qu’il fut – en partie – au début) par fainéantise intellectuelle ou par ignorance crasse des subtilités des évolutions des idéologies, est littéralement envahi d’ex-chevênementistes. Ce bon Jean-Pierre souverainiste, dont je crois me souvenir que la carrière politique fut à plutôt à gauche et non à droite. Et je ne m’étendrais pas, par lassitude et désabusement, sur le passé maurassien de Mitterrand, décoré de la Francisque par Pétain, cicatrice tellement rappelée qu’on l’a oubliée, habitués donc oublieux, sans doute…

 

e – notons enfin, dans la même verve, le contenu de l’appel de Cochin, soufflé par Marie-France Garaud dans l’oreille de ce pitoyable grand brûlé, Jacques Chirac : texte très à droite s’il en est – en apparence tout du moins – et que le “bon” Jacques, dont nous connaissons en réalité les sympathies coupables qu’il voua toute sa vie au marxisme, assuma pourtant sans sourciller.

 

Alors…qui est à droite, qui est à gauche, qui est extrême, et qui ne l’est pas.

Vaste programme comme aurait dit l’autre…

 

Alors pour en revenir à notre tonitruant Zemmour, finalement… taupe du système ? Malgré elle ? ou pas ? Ou idiot utile (cette expression qui lui est si chère…)

Hypothèse à méditer… Et çà, moi, pour lui emprunter son tic de langage favori “Ca fait viiiiiingt ans que je le dis…”

Pose lui la question, on aura une réponse ! : –)))

 

Antoine,

Authentiquement de droite, de la vraie droite : celle de la liberté totale de pensée hors des carcans, celle de Raspail, celle qui n’a rien à perdre et qui meurt dans les tranchées la fleur au fusil et l’âme en paix. Une droite naïve mais sincère.

 

Sans langue de bois, le pouvoir, la politique et les petits rois…

24 novembre 2014

La marmite va pêter
Des erreurs, on en fait tous. Moi, ma dernière, c’est d’écrire cet article.
Avant ce fut de mettre une vidéo sur les massacres des chrétiens partout dans le monde sur Facebook (vidéo prise d’ailleurs sur un autre « mur »).
Cette vidéo suscite plusieurs commentaires, mais aucun ne passe. Censure !Alors, comme toute cette hypocrisie ambiante me semble de plus en plus insupportable, je vais vous faire part de mes réflexions.

Je vais vous parler des Arabes et des noirs… Deux erreurs fatales !

Dans notre monde « politiquement correct » (c’est-à-dire complètement faux cul), il ne faut pas dire « Arabe », ou « noir »: ce sont des gros mots, des mots interdits qui sont pourtant dans le dictionnaire.
Mais on préfère « black », ou « beur », ou « maghrébin ». Attention à » reubeu », Florent Pagny s’en souvient…
Bref : on ne doit pas appeler un chat un chat, c’est tabou, même si on ne sait pas trop pourquoi.
Il n’y a pas que dans ce sujet que l’imbécillité brille.
Vous savez bien, Coluche nous a fait rire en disant les choses…
On ne dit pas une « caissière », mais une hôtesse de caisse !
On ne dit pas un infirme, mais un handicapé (ensuite on est passé à « personne à mobilité réduite ») et il ajoutait: » On ne va plus dire un con, on va dire un non-comprenant ».

La société civile s’est complètement embourbée dans son pseudo humanisme à deux balles.

Je reviens une seconde à Florent Pagny. Je le connais assez bien, on se croise de temps en temps, on a fait plusieurs émissions et déplacements ensemble. Je ne crois pas qu’il soit raciste, il a juste exprimé un ressentiment ambiant. Il a dit en gros : « Mes enfants vont étudier à Miami, je n’ai pas envie qu’ils viennent en France pour parler « reubeu » ». Après tout, c’est un avis et il devrait avoir le droit de l’exprimer. Mais non ! Aussitôt, plainte de « SOS racisme », plainte de la Licra, menaces physiques téléphoniques, boycott de Pagny sur plusieurs radios, etc… C’est curieux, non ?
Dans le même temps, des humoristes font passer le Pape pour un demeuré, pour un légume ou même, quand ils ne sont pas trop bien renseignés sur sa biographie, pour un nazi.Taper sur le Pape, sur l’église, sur les Juifs (un peu plus prudemment quand même), Tout cela est de bon ton. Mais oser émettre une critique sur un Arabe ou un noir, c’est tabou. Celui qui ose se fait massacrer immédiatement.
A l’époque, Bernard Tapie avait dit de son goal Joseph-Antoine Bell que c’était un con. Bell avait répondu : « Tapie dit cela parce qu’il est raciste et que je suis noir »… Tapie avait conclu: » je ne dis pas qu’il est con parce qu’il est noir, je dis qu’il est con parce qu’il est con. »
Je vais tenter de vous démontrer aussi comment on « truque » les statistiques . Actuellement, dans les prisons françaises, huit détenus sur dix sont des Ara… Pardon des maghrébins. Tout le monde le sait, enfin, si vous ne le saviez pas, c’est fait. Et le Ministère de l’Intérieur le sait encore mieux que les autres.
Pourtant (suivez-moi bien), les statistiques officielles d’État parlent de moins de 2 % d’étrangers détenus.
Pourquoi ?
Et bien pour une raison toute simple (et vraie en plus) : ces arabes qui remplissent les prisons ont tous une carte d’identité Française, donc ils sont français comme les autres, donc ils n’apparaissent pas dans les statistiques, et voilà ! Alors après cela, si je dis que dans nos prisons c’est comme au bled, qu’ils exigent leur nourriture « hallal », etc. Que les détenus (rares) français doivent raser les murs et sont en réel danger physique, je suppose que je suis un horrible facho…

Tenez : un autre scoop pendant que j’y suis, dont personne n’a été informé : le 11 novembre, sur le plateau du Larzac, des militaires qui gardaient un dépôt de munitions ont été attaqués à balles réelles par des…
Oui, vous avez deviné. Il y a eu un blessé parmi ces gens, un soldat a pris un impact sur son gilet pare-balles. Vous n’en saurez rien. Pourquoi ? Parce que tout le monde sait, nos politiques en tête, que la marmite va péter, mais il faut que ce soit le plus tard possible.
Alors on repousse l’échéance en espérant que ça tombera sur la gueule de nos enfants.

Il y a quelques années, un économiste avait avancé la drôle d’idée : supprimer le RMI, devenu RSA : les experts ont répondu très vite : en cas de suppression du RMI, les banlieues descendent dans la rue, c’est la guerre civile. On a rangé cette idée. Je parle des banlieues: ce sont maintenant des zones de non-droits. La police n’y pénètre plus : il est plus facile de verbaliser avec des radars au bord des routes.
Une anecdote : tous les ascenseurs d’une cité étaient détruits ; les vieilles maghrébines montaient 5 ou 6 étages à pied avec leur panier. Les ascenseurs détruits par leurs propres enfants ou petits enfants. La compagnie d’ascenseurs a changé tous leurs appareils, flambants neufs. Quatre heures après leur livraison, ils étaient détruits et les mères et grand-mères de ces « djeun’s » baissent la tête et prennent comme d’hab les escaliers avec leur panier plein…
J’en vois déjà qui vont me répondre: « Oui, mais ces pauvres petits jeunes gens sympathiques, il faudrait leur trouver un travail, ce serait formidable pour eux ! » Jusqu’où peut-on être aussi aveugle !

L’intégration !! Je vois à la télé des émissions d’une impudeur incroyable.

Pour parler d’intégration, on invite en général, comme je l’ai vu dernièrement, un brillant chirurgien d’origine algérienne, un sénégalais polytechnicien et une française femme de ménage (je vous jure que c’est vrai !) et on vous dit: L’intégration est complètement réussie.
Mais enfin, qui va dire que pour un brillant chirurgien ou un excellent ingénieur il y a des millions d’autres inadaptables, inadaptés à notre système social.
Pourquoi cette malhonnêteté intellectuelle ?
Pourquoi ? Parce que, rappelez-vous: la marmite… Il ne faut pas soulever le couvercle sinon elle va péter.

Cela dit, il y a des musulmans intégrés, c’est vrai, et je les respecte. Mais ils ne sont pas nombreux car la plupart ne le veulent pas. J’ai vécu dans beaucoup d’endroits. J’ai recompté : j’ai fait 43 déménagements dans des villes de France et dans quelques autres pays. Je suis né au Maroc, j’ai grandi un peu en Afrique, j’étais en Algérie pendant la « guerre » (enfant), à Djibouti, à La Réunion, à Miami, bref… j’ai pas mal bougé et je crois avoir quelques notions de géopolitique. Pour rester dans la France « intra-muros », j’ai habité le nord (Lens, Hénin-Liétard devenu Hénin-Beaumont) où j’ai vu l’immigration polonaise, russe, slave en général. Ces populations se sont parfaitement intégrées en une demi-génération. Au sud, j’ai habité Saint- Raphaël et Marseille, j’y ai vécu l’immigration des espagnols, des portugais, des italiens… Parfaitement intégrés, fiers d’être français et reconnaissants envers leur pays d’accueil.
Les « Noirs » s’intègrent, mais plus difficilement

Mais où veux-je en venir? A la phrase qui tue : les musulmans ne s’intègrent pas. On peut hurler, vitupérer, critiquer, me traiter de ce que vous voudrez mais voilà : les musulmans, donc grosso modo les arabes ne s’intègrent pas.
Comme je l’ai dit plus haut, ils ne le veulent pas (Charles de Foucault et Mohamed V en leurs temps nous en ont expliqué la raison) ils veulent apporter leur civilisation moyenâgeuse ici.
Oh ! Je sais bien la réponse de certains. « Cet amalgame n’est pas supportable ».
C’est si facile de ne pas se mouiller. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire, rappelez- vous du retour de Chamberlain de son entrevue avec Hitler, agitant son traité de paix avec l’Allemagne. Pathétique, il n’avait rien vu venir. Ou le retour au Bourget de Daladier, lui avait compris qui disait : « Ah les cons ! » alors qu’il se faisait ovationner par une foule de français qui, eux, n’avaient rien compris à ce qui allait leur tomber sur la tête…

L’histoire se répète invariablement avec les mêmes niaiseries.

On pourra aussi me dire que la civilisation arabe a été une grande civilisation. Ce n’est pas tout à fait exact : ils ont amené au monde une part (modeste) des mathématiques, une certaine poésie et un peu de médecine. Mais il y a un sacré bémol : cette civilisation n’a plus évolué depuis le 12e siècle et nous sommes au 21e. Le compteur est resté bloqué depuis.
Qu’on me montre une voiture de marque Arabe !
Autre chose : on peut me dire que ces gens sont venus surtout à la fin des années 60 et que ce sont aussi eux qui ont reconstruits la France d’après-guerre, qu’ils ont aussi contribué à construire nos maisons, nos rues, nos immeubles… C’est exact. Mais quand un pays a besoin de main d’oeuvre, il la prend, quand il n’en n’a plus besoin, il la renvoie. Ne bondissez pas, cela a un nom: ça s’appelle la raison d’État.
La raison d’État, ce n’est pas une personne avec un coeur, c’est un protocole.
On ne fait pas un pays avec des assistantes sociales, on le fait par la raison d’État, c’est d’ailleurs étudié dans toutes les facultés.

Je vais vous parler quelques instants du système de protection sociale et de santé. Bien entendu, je vais commencer par dire ce qu’il ne faut pas dire : 80 % des consultations hospitalières sont le fait de maghrébins.
Un plaisantin pourrait me dire que c’est parce qu’ils n’ont pas les moyens d’aller dans des cliniques privées. Pourquoi pas ? N’empêche que si vous allez par curiosité dans les urgences vous serez effarés. Pourquoi ? Parce que c’est gratuit.
Elles sont ainsi devenues, non pas un endroit d’urgence mais un banal lieu de consultation. Alors si le petit Mohamed tousse, aux urgences.
Vous savez, je parle des choses quand je connais. Quand je ne connais pas, je me tais. Il se trouve que je suis (entre autre) kiné et que j’ai fait quelques années en hosto. Ce que je vous décris, je l’ai vu et revu et tous les mois, ça s’amplifie.
Pour aller vite, je vous passe bien sûr les médecins qui se font tabasser parce qu’ils « touchent » une femme musulmane, que ces gens font des scandales à répétition quand ils doivent attendre trop longtemps, etc…
Les autres attendent stoïquement, eux ils foutent le bordel partout, c’est comme ça… Alors me direz- vous, où ça va tout ça? Il faut se risquer à faire de la prospective. Au point où j’en suis! Je pense que cela va aller très mal (la marmite !).

Je suis pessimiste, mais lucide : ça compensera avec ceux qui se cachent les yeux. On a vu les Balkans, la Serbie chrétienne asservie par l’islam. C’est le chaudron central de l’Europe, vous verrez qu’on va encore en entendre parler.
La Grande-Bretagne envahie par les intégristes musulmans, la Belgique submergée. La France compte 10 millions de musulmans (et non pas 4,5).
Savez- vous quel est le prénom le plus donné dans les maternités ? C’est Kévin, Mohamed n’est que le deuxième.
Quand la fameuse marmite va sauter, ce sera une guerre civile, entre «Français». Les banlieues qui descendent dans les villes, les gardes mobiles qui chargent, l’armée, les morts par milliers…
Je vois encore bondir quelques-uns d’entre vous : quel défaitiste !
La France, terre d’accueil, des droits de l’homme. Je connais : ça fait 25 ans que vous vous gargarisez d’utopie. Pourtant, comme vous, je préférerais décrire un monde fraternel, d’égalité, où tout le monde s’aime et patati et patata. Vous avez su vous en contenter depuis trente ans, il n’y a pas de raison de ne pas continuer, pas vrai ? Et puis on peut me dire aussi : « Eh bien puisque tu es si fort, dis-nous comment il faut faire, malin ?… Et oui, c’est embêtant : je n’ai pas de réponse.
Je suppose qu’il aurait fallu stopper net cette immigration dès les années 60/70 Un peu tard maintenant, hein ?

Pour tout vous dire, je pense que nous allons vers la fin de notre civilisation. L’histoire du monde est un balancier : à toi, à moi.Comme les Romains à Capoue, nous nous vautrons dans notre confort et nous n’entendons pas les Barbares à nos portes ou pis encore, à l’intérieur même de notre pays. Si vous saviez comme j’aimerais me tromper !

Nos enfants nous jugeront: “Ils n’ont rien vu venir, ces cons ! ».

Pour conclure, je vous dirai, bien sûr comme tous les bons fachos, que j’ai de bons copains arabes, juifs, noirs, athées, homos et
tout ce que vous voudrez.
Soyez gentils d’avoir l’intelligence de penser que je ne veux tuer personne.
Je ne suis pas nazi, ni SS, ni ultra ce que vous voudrez.
Mon métier c’est de soigner tous mes frères humains, pas de les tuer !
Mais je n’ai pas envie, en revanche, d’être tué par un quelqu’un sous prétexte que je ne pense pas comme lui …

A mon avis, cet article ne va pas rester bien longtemps sur mon mur … A vous de voir …

Michel SAMISSOFF

2 crises majeures, tous les Français le constatent au quotidien : Economique | Sociale

7 avril 2014

Notre pays traverse actuellement deux crises majeures, tous les Français le constatent au quotidien :
- Economique
- Sociale
L’insécurité est directement liée à l’immigration et pas à la pauvreté, on le sait Devant la grogne de vos compatriotes (le mot est très faible ou) et l’impopularité du gouvernement, ne pensez-vous pas qu’il serait grand temps, de revoir notre politique d’immigration ?
Devant tous ces faits, les Français se demandent pourquoi nos dirigeants continuent à pratiquer une immigration de telle importance.
Le chômage n’a jamais été aussi élevé, les fermetures d’usines aussi nombreuses et l’insécurité aussi grande.
Chaque arrivant a le droit à de nombreuses aides : l’ATA, CMU et autre RSA, or nos comptes sont vides, nos prélèvements de plus en plus importants et nos concitoyens de moins en moins riches.
Cette immigration coûterait 70 milliards d’euros par an ( http://ac.matra.free.fr/FB/20121011immigration.pdf) et nos gouvernants nous parlent de 20 milliards d’économie au prix de nombreux sacrifices !!??!!
Devant la grogne de vos compatriotes (le mot est très faible et l’impopularité du gouvernement, ne
pensez-vous pas qu’il serait grand temps, de revoir notre politique d’immigration ?

Stop immigration. La France n’en a plus les moyens ce qui explique la percée de l’extrême droite
Le bruit et l’odeur (discours de Jacques Chirac)
Le 19 juin 1991, au cours d’un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononce le discours qui contient l’expression le « bruit et l’odeur ». Voici un extrait portant sur l’immigration :
« Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs . Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d’or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela. Nous n’avons plus les moyens d’honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s’impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s’il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d’une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu’ils ne paient pas d’impôt . Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu’il y a un problème de l’immigration, et que si l’on ne le traite pas¬ et, les socialistes étant ce qu’ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l’opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n’avait pas l’épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n’aurait rien à bouffer le soir ? »
Le lendemain, Jacques Chirac pose la question de pourquoi Jean-Marie Le Pen devrait avoir « le monopole de souligner les vrais problèmes » (l’immigration) et affirme que sans intervention des socialistes sur le problème « les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes». Quelques jours plus tard, Jacques Chirac revendique d’avoir renoncé à la langue de bois et d’avoir « exprimé tout haut ce que beaucoup pensent tout bas ».

Photo de Marcel Hubert.
 

Valls est pris dans un conflit d’intérêts dans l’aménagement d’Evry

4 avril 2014

On pourrait penser à un coup tordu de hollande pour torpiller définitivement un rival très dangereux….

Valls est pris dans un conflit d’intérêts dans l’aménagement d’Evry

10 janvier 2014 |  Par Karl Laske

Le ministre de l’intérieur a attribué, en avril 2011, le marché « d’élaboration du projet de territoire » de l’agglomération d’Évry à une urbaniste qui n’est autre que son ex-compagne. Parmi les candidats non retenus, l’architecte Michel Cantal-Dupart, moins-disant, s’étonne des modalités de l’appel d’offres.

Manuel Valls n’a, semble-t-il, pas vu le conflit d’intérêts. Ou bien l’a-t-il ignoré. En avril 2011, le député et maire d’Évry a attribué, en sa qualité de président de la communauté d’agglomération Évry Centre Essonne (CAECE), le marché « d’élaboration du projet de territoire » à son ex-compagne, Sybil Cosnard, urbaniste et ancienne directrice générale de l’urbanisme de la ville d’Évry.
 http://www.mediapart.fr/journal/france/100114/valls-est-pris-dans-un-conflit-dinterets-dans-lamenagement-devry

Mais  c’est encore  médiapart qui  révèle  cette histoire  comme elle avait révélé celle de Cahuzac
 Si c’est vrai, on ne comprend pas pourquoi on a toléré cela. Les politiciens seraient devenus inattaquables ?

Qui contrôle quoi en politique? Même l’opposition n’a pas réagi ! Assisterait-on à une dictature des partis politiques?

François Fillon met en cause l’impartialité du site d’information Mediapart

http://www.france24.com/fr/20120429-francois-fillon-mediapart-authenticite-kadhafi-sarkozy-financement-occulte-officine-hollande/

Avouez que on cherche le scoop à tout prix et dénoncer en 2014 une affaire datant de 2011 à un moment vraiment pas choisi….

MEDIAPART se veut le Chevalier blanc , il serait plutôt le chevalier NOIR !

La double vie de maître Mignard

 

 

Avocat de Mediapart et ami du président…

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/06/28/la-double-vie-de-maitre-mignard_3437616_823448.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/qui-est-jean-pierre-mignard-l-avocat-de-francois-hollande_1316367.html

Mediapart pratique la censure !

http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/12/29/mediapart-pratique-la-censure/

autre son de Cloche:
http://www.france24.com/fr/20120429-francois-fillon-mediapart-authenticite-kadhafi-sarkozy-financement-occulte-officine-hollande/

Détournement d’argent public – Manuel Valls, Cahuzac meme destin ?
123456